La première bande dessinée du scénariste rennais Yaneck Chareyre, avec Mathieu Bertrand aux dessins, est consacrée au destin hors norme d’une femme extraordinaire.

La quatrième plinthe de Trafalgar Square à Londres a longtemps été un socle sans statue, et ce n’est qu’en 1999 qu’on décida de l’ouvrir à l’art contemporain. Depuis est inaugurée tous les dix-huit mois une nouvelle œuvre. En septembre 2005, c’est le sculpteur Marc Quinn qui est honoré avec une statue d’une femme nue, enceinte et handicapée.

La Venus de Londres

La statue de plus de trois mètres de haut fait sensation. Elle représente Alison Lapper, une Anglaise née quarante ans plus tôt sans bras et avec des jambes très courtes. Elle est devenue une artiste qui s’exprime pour changer notre regard sur les infirmités et d’une manière plus générale sur le handicap. Cette statue n’est pas son œuvre mais porte son message.

Le handicap d’Alison Lapper a vraisemblablement pour origine un médicament que l’on administrait dans les années 1960 aux femmes enceintes pour calmer leurs nausées de début de grossesse, et dont on ne constatera les terribles secondaires que beaucoup plus tard.

A l’époque, les bébés nés avec de tels handicaps sont pris en charge par des instituts spécialisés. Dans les faits, Alison Lapper a été arrachée à sa mère pour être placée dans un établissement. Tout investissement affectif étant prohibé pour le personnel soignant, l’enfant se trouve privé de l’amour nécessaire à sa construction.

La petite Alison vivra ainsi une enfance très chaotique, entre instituts et familles d’accueil avec entre autre le retour inopiné de sa mère avec qui la gamine ne trouvera pourtant pas le réconfort nécessaire. Ces épreuves forgent à Alison un caractère bien trempé. On lui installe des membres artificiels mais elle ne les garde pas.

La jeune fille se découvre une sensibilité artistique, notamment dans la peinture, maniant le pinceau avec sa bouche. Elle s’exprimera aussi à travers la photographie où elle se mettra en scène pour interpeller sur les notions de normalité et de beauté physique. En dépit de son handicap, et des multiples personnes qui croient bon de la conseiller sur la conduite à tenir, sa vie personnelle s’agrémente de rencontres et d’amour. Elle se marie (même si cette union tournera rapidement à l’échec) et plus tard, elle donnera vie à un enfant.

Une personnalité hors du commun

Yaneck Chareyre a découvert l’histoire d’Alison Lapper lorsqu’il suivait une formation d’éducateur. Très sensibilisé sur les problématiques de la sexualité et la parentalité des personnes handicapées, le Rennais ébauche son premier scénario de bande dessinée et trouve en l’artiste anglaise le personnage idoine. Il approche alors le dessinateur Mathieu Bertrand, et les deux hommes mettent en route leur projet. “London Venus” qui sera publié chez Steinkis en février 2022.

Un ouvrage de 177 planches porté par un dessin magnifique, très vif, et un scénario qui ne l’est pas moins. L’histoire est racontée à la première personne dans un ton qui se veut proche de l’esprit de l’héroïne, sans apitoiement et avec détermination.

On découvre alors un personnage attachant, dotée d’une force à toute épreuve pour briser les barrières qu’on lui impose. Dotée d’un courage extraordinaire, tant le sort semble s’acharner sur elle quand on apprend la mort récente de son fils. Une formidable leçon de vie et d’optimisme porté par un dessin de qualité et l’indéniable talent d’un scénariste prometteur.

  • « London Venus » de Yaneck Chareyre et Mathieu Bertrand, éditions Steinkis (2022) : 20,00 €

Sur le web