Mission Goscinny

René Goscinny a souvent rendu hommage au cinéma dans ses scénarios de bande dessinée. Par contre, le cinéma a toujours peiné à rendre un hommage digne à l’oeuvre du scénariste.

C’est après avoir vu le « Cléopatre » de Joseph L. Mankiewicz (1963) que Goscinny et Uderzo décidèrent d’écrire la cinquième aventure d’Astérix, « Astérix et Cléopatre » (Dargaud). Si le film avec Liz Taylor avait la réputation d’être le plus cher de l’histoire du cinéma, il provoqua surtout chez les deux hommes une succession de fou rires. Passionnés d’histoire et plutôt bien calés sur le sujet, les papas de l’irréductible gaulois relevèrent de nombreux anachronismes dans un film qui se voulait une irréprochable reconstitution historique. Du pain bénit pour Astérix.

Près de quarante ans plus tard, Alain Chabat réalisait « Mission Cléopatre » (2002) inspiré de la bande dessinée elle-même inspirée du film de Mankiewicz. La boucle était bouclée, même si Goscinny n’était plus de ce monde pour assister à cet hommage. Et même si Uderzo n’a jamais vraiment approuvé le long-métrage de Chabat. On tient là pourtant l’une des rares réussites en matière d’adaptation cinématographique d’une bande dessinée en prise de vue réelle.

Car si l’adaptation live d’une bande dessinée est un exercice de plus en plus pratiqué, il donne rarement satisfaction. Cela se passe souvent de la même manière : le projet est annoncé, on est enchanté par l’idée, on se félicite du casting, on est en salle dès la sortie et puis là, c’est la déception. Le film est approximatif, les acteurs tirent la couverture à eux et le spectateur amateur de BD en sort frustré, se disant que le pauvre Goscinny ne doit pas en finir de se retourner dans sa tombe.

En écartant le chef-d’œuvre d’Alain Chabat, on ne peut en effet que se lamenter des adaptations ratées : « Astérix contre César » de Claude Zidi, « Les Dalton » avec Eric et Ramzy, « Iznogoud » avec Michael Youn, « Astérix aux Jeux Olympiques« , « Astérix au service de sa majesté« , « Le petit Nicolas« , « Lucky Luke » avec Jean Dujardin (sans parler de celui de Terence Hill)…

Les films en question bénéficient souvent d’un budget important, d’un casting prestigieux, d’une couverture promotionnelle démesurée et d’une histoire qui est, rappelons-le encore, signée René Goscinny.  Malgré tout, cela donne des films fades, mal ficelés et à l’humour un peu lourd. La mauvaise qualité de ces films résident surtout dans le peu de respect vis-à-vis de la BD qu’ils prétendent adapter. Malgré des déguisements souvent réussis, les personnages sont à peine reconnaissables. C’en est à se demander si les réalisateurs ont un jour lu un Astérix ou un Lucky Luke avant de se mettre au travail.

On s’interroge pour tout dire sur les motivations des producteurs et réalisateurs à porter un Astérix ou un Lucky Luke au cinéma. Pensent-ils vraiment que le consommateur, ébloui par les moyens mis en œuvre pour le film et conditionné par le tapage promotionnel qui précède la sortie, avalera la soupe sans grimacer ? Ce serait oublier que le consommateur, souvent, a une excellente connaissance de l’univers de la BD, et notamment de l’œuvre de René Goscinny. Et que connaissant bien cette œuvre, il exige un minimum de qualité.

René Goscinny n’est pas le seul à voir son œuvre ainsi égratignée par le monde du septième art. « Boule et Bill« , « Spirou et Fantasio« , « Valerian et Laureline » ont eux aussi consterné les fans des bandes dessinées dont le film s’est soi-disant inspiré. Il faut se rendre à l’évidence : contrairement aux comics américains, la BD franco-belge n’est pas adaptable au cinéma.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s